Psychothérapie prise en charge !

therapie

ψ Une avancée considérable dans le monde de la psychothérapie a vu le jour le mois dernier (mars 2018). Au sein de trois départements en France seulement, dont les Bouches-du-Rhône, la psychothérapie est prise en charge par le régime de sécurité sociale général.

C’est une expérimentation sur trois ans qui déterminera l’avenir de la psychothérapie. Doit-elle être payante ou gratuite …

ψ Destinée à réduire la consommation d’antidépresseurs et d’anxiolytiques, les personnes présentant des troubles dépressifs ou anxieux peuvent se faire prescrire des séances de psychothérapie par leur médecin généraliste.

ψ Les séances seront un peu plus courtes ! 30 à 45 minutes de consultation selon la thérapie prescrite par son médecin. Au bout de 10 séances, il faudra retourner voir le médecin afin de poursuivre la thérapie, si besoin. En 10 séances régulières, nous avons déjà de beaux résultats !

Les ordonnances:

  • une séance d’évaluation (suite à cette évaluation si vous souffrez de troubles dépressifs ou anxieux légers à modérés alors il vous faudra une autre ordonnance)
  • 10 séances de soutien psychologique (durée 30 minutes, si vous présentez encore des troubles à l’issu de ces séances)
  • 10 séances de psychothérapie structurée

Les dépressions sévères relèvent d’un traitement psychiatrique

En ce qui me concerne vous pourrez avoir accès à ce type de formule avec moi, à partir de début mai 2018. Je vous invite à vous informer et à me solliciter si vous avez besoin d’informations complémentaires.

 

Informations complémentaires: seuls les psychothérapeutes agréés ARS (agence régionale de santé) et les psychologues cliniciens peuvent proposer ce dispositif.

Certaines conditions sont requises par la sécurité sociale pour accéder aux séances prises en charge, informez-vous pour savoir si vous pouvez bénéficier de ce dispositif.

La thérapie d’enfant

La psychothérapie d’enfant se déroule en  deux temps.

L’enfant vient accompagné d’un ou des deux parents, qui viennent exposer les problèmes, ensemble, et ainsi laisser une transparence vis-à-vis de l’enfant. Même s’il n’est pas encore en mesure de tout comprendre, il saisira les intentions et comprendra pourquoi il est là.

Il y a souvent un temps avec l’enfant seul, où il peut se livrer, raconter ses secrets et faire un dessin s’il le souhaite. Le dessin est important car il est une médiation, nous n’interprétons pas forcément les créations des enfants, ni le choix de ses couleurs. Cependant, par le biais du dessin l’enfant peut dire autre chose, quelque chose qui ne peut pas encore dire via le langage.

Un parent doit devenir partenaire de la thérapie. Il est très difficile d’amener son enfant en thérapie, car cela vous fait remettre en questions… « qu’ai-je fais de mal ? » … Non ! Vous avez fait au mieux ! Amener son enfant en souffrance en thérapie est un acte de bienveillance. Le parent parfait n’existe pas, puis la psychanalyse nous enseigne qu’éduquer fait parti des métiers impossibles.

Le parent doit donc devenir partenaire de la thérapie, en racontant du mieux possible l’évolution de l’enfant, aussi il tentera de changer son attitude si cela est nécessaire.

Comment choisir son psy ?

ψ Les psy sont nombreux, psychothérapeutes, psychologues, psychiatres etc…

Un psychiatre est un médecin habilité à prescrire des médicaments, ses consultations sont remboursées par la sécurité sociale. Il traite généralement les cas psychiatriques, les maladies mentales sévères.

Les psychothérapeutes sont formés à pratiquer des cures par la parole, ils s’appuient sur une base théorique choisie à l’université. Orientation analytique, cognitivo-comportementale, ou encore gestaliste. Les prestations du psychologue ou du psychothérapeute, lorsque vous le consultez à son cabinet, ne sont pas tous remboursés par la sécurité sociale. Le coût d’une séance est environ 50 euro.
ψ Il n’y a pas de psy mieux qu’un autre, il y a le psy que vous choisissez, vous devez vous sentir en confiance, il doit pouvoir entendre tout ce que vous avez à dire. Pour faire un bon choix de psy, il faut écouter votre ressenti. Si un psy ne vous convient pas, que vous vous sentez jugé ou pas assez écouté; parlez-en avec lui. Si la relation ne s’améliore pas, changez de psy, mais ne baissez pas les bras. Nous sommes formés pour vous aider.